L'amour.

Les humains ne survivraient techniquement pas, si l'amour n'était pas. Ce n'est pas tous les parents qui auraient le courage de gérer les pleurs incompréhensibles, les nuits blanches, l'attitude d'ado à 3 ans, l'attitude d'ado à 8 ans, l'attitude d'ado à 13 ans, l'attitude d'ado à... ok, j'arrête — de leurs rejetons s’ils n’aimaient pas. Ma pas-de-patience et moi aurions jeté mes enfants aux poubelles si je ne les avais pas aimés. L'humain a besoin d'être aimé pour survivre.

Ce n'est pas une coïncidence si j'ai choisi le mot Énamour. Je suis d'une grande lignée d'émotifs-tives et quand je m'arrête pour y penser, les Beatles avaient raison, il n’y a que l'amour qui compte vraiment. Si chacun en donnait plus à ses proches, à lui-elle-même, et surtout à des inconnus sous forme de partage ou de bienveillance, me semble que le monde irait un peu mieux, non?

Aujourd'hui je vous souhaite de laisser faire les coeurs en chocolat et les roses (ou faites ça aussi si vous y tenez absolument), et de prendre plutôt un moment de conscience totale pour aimer, vraiment. En plus, aimer les autres sans attendre en retour, nous fait du bien à l'émotif à nous aussi. Ça c'est un beau 2-pour-1.

Et je vous souhaite la même chose pour chaque jour de votre vie, en fait!

 

À bientôt,

Marie 
xo

Leave a comment